Portrait croisé de Gérald Panighi

C’est une évidence, j’aime les artistes de la jeune galerie Eva Vautier. Rien de surprenant à cela puisque j’ai moi-même exposé...




C’est une évidence, j’aime les artistes de la jeune galerie Eva Vautier. Rien de surprenant à cela puisque j’ai moi-même exposé deux d’entre eux, Sandra Lecoq et Gérald Panighi. C’est donc pour parler de Panighi que j’emprunte au carton d’invitation d’Eva Vautier ce petit texte élégant et non signé, qui brosse en quelques mots la posture de cet artiste :
« Le travail de Gérald est une association d’interdépendance entre une image soigneusement négligée à référence forte et un texte détourné des situations du quotidien. Le décalage entre les deux provoque le rire ou le sourire. L’humour de Gérald est souvent abrupt, parfois noir, mettant l’accent sur notre humanité et nos imperfections, nous renvoyant à notre propre réflexion par le prisme de sa vision. » (…).

A cette concision je répondrai par l’entretien déjà ancien que j’ai réalisé à l’occasion de l’exposition « A l’origine, Nice… », à laquelle Gérald Panighi participait et dont j’étais commissaire pour la galerie Marlborough à Monaco.

Les petits papiers de Gérald Panighi.
Le « Cadavre exquis », inventé par les surréalistes, se définit dans leur dictionnaire abrégé comme : « un jeu qui consiste à faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes sans qu'aucune d'elles puisse tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes. ».
Les dessins de Gérald Panighi se réfèrent, pour moi, au même processus. Dans ce cas, cependant, l’artiste est le seul à jouer, mais il déclenche chez le spectateur une participation à l’histoire qui, d’une certaine façon, devient aussi la sienne.
Gérard Panighi, jeune plasticien (car dans ce domaine, avoir trente-sept ans c’est être encore très jeune), s’exprime aujourd’hui essentiellement par le dessin. Il a pourtant commencé par être peintre, plutôt peintre abstrait : des dépôts, quelque chose de spongieux, occupaient mes toiles ou mes papiers… Insatisfait, il a envie d’aller plus loin. Il écrit alors sur ses supports des textes courts, dans l’esprit de « Remarques », un livre de la poétesse Nathalie Quintane, qui l’a beaucoup marqué. A ces textes relatant des choses du quotidien, il ajoute bientôt des images qu’il emprunte à des bandes dessinées peu connues, ainsi qu’aux planches du dictionnaire...
Je suis peut-être seul mais j’ai passé une bonne soirée, 2011
 105X75cm, huile de lin et crayon sur papier
Ce ready-made lui apporte le décalage qu’il recherche entre texte et image. Ses supports sont d’abord de papiers usagés, tachés d’huile, de peinture, de pastel, qu’il récupère dans les ateliers des Beaux-Arts ; ensuite il les achète. Il les choisit alors un peu absorbants pour y déposer les marques, les taches d’huile de lin qui recréent ce que le hasard lui avait offert à ses débuts. Il admet sa fascination pour la peinture de Cy Twombly, faite de traces, de griffures, de petits chocs sur la toile. Il aime ce commentaire de Cy : « Chaque trait est habité par sa propre histoire, il ne l’explique pas, il est l’événement de sa propre matérialisation. ».
Les premiers textes de Panighi parlent du quotidien. Plus tard, il s’agira du rapport social, des relations amoureuses, des ruptures… Plutôt que de noter sur un calepin, Panighi fait semblant d’envoyer un texto et mémorise ainsi des instants de vie des autres qui l’intéressent, voire le dérangent, le perturbent. Le dessin est ajouté ensuite, décalqué.
De ce mélange, peinture, texte, image, naît une œuvre surprenante, poétique, drôle. Chaque pièce raconte, en raccourci, une histoire, un fait divers et l’étrangeté naît aussi bien du texte lui-même que de son décalage par rapport à l’image.
Pour Panighi : C’est ce qui déroute. Le rapport texte/image n’a effectivement pas de sens, mais je ne les écarte jamais tout à fait. Je les place de manière à ce qu’il y ait une légère logique sinon ce serait  trop confus, trop intellectuel. Et, citant Jean Dubuffet, il ajoute : « L’art doit toujours faire un peu rire et un peu peur… ».

Hélène Jourdan-Gassin

« Ils ont tous été réincarnés »
Gérald Panighi et Philippe Jusforgues, artiste invité
A partir du 19 novembre 2013
Galerie Eva Vautier
2, rue Vernier
06000 Nice

Voir aussi...

Portraits 7553654548034914449

Enregistrer un commentaire

emo-but-icon

Bloc-notes

MUSÉE NATIONAL FERNAND LÉGER
FERNAND LÉGER - PAUL ÉLUARD
AUTOUR DU POÈME
"LIBERTÉ".
28 novembre 2015 - 7 mars2016
chemin du Val de Pome - 06410 Biot
Paula Cooper Gallery
Claes Oldenburg & Coosje van Bruggen
Things Around the House
Nov 07 - Dec 12, 2015
534 West 21st Street
10011-2812 New YorkUSA
T +(212) 255 1105
info@paulacoopergallery.com
http://paulacoopergallery.com
Capitain Petzel
JOYCE PENSATO
LATER IS NOW
Karl-Marx-Allee 45,
10178 Berlin
www.capitainpetzel.de
Gagosian Gallery Paris
Sterling Ruby
Oct 18 - Dec 19, 2015
800 Avenue de l'Europe
93350 Paris- France
T +33 1 48 16 16 47
paris@gagosian.com
www.gagosian.com
Musée d'Art de Toulon
“Délices D'artistes“
Peintures, sculptures, photographies
Vernissage le 19 Novembre
Du 20 novembre 2015 au 10 avril 2016
113, boulevard Leclerc - Toulon
Tél 04 94 36 81 01
Théâtre de la photographie et de l'Image
Henri Cartier-Bresson
Du 9 octobre 2015 au 24 janvier 2016
27 boulevard Dubouchage - Nice
www.tpi-nice.org
Art concept
Roman Signer
Sculptures
Oct 30 - Dec 23, 2015
4, passage Sainte-Avoye
75003 Paris - France
T +33 1 53 60 90 30
info@galerieartconcept.com
http://www.galerieartconcept.com
Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois
HENRIQUE OLIVEIRA
Fissure
9.10 au 28.11 2015
36, rue de Seine
75006 Paris
T.+33(0)1 46 34 61 07
www.galerie-vallois.com
info@galerie-vallois.com
Àcentmètresducentredumonde centre d´art contemporain
HET NIEUWE VERHAAL (la nouvelle histoire)
exposition organisée par Pat Andrea
16 octobre - 20 décembre 2015
3, avenue de Grande Bretagne, 66000 Perpignan
Musée Pablo Picasso : La Guerre et La Paix
Mathieu Pernot,
Fragments d’histoires
19 septembre 2015 – 4 janvier 2016
Place de la Libération 06220 Vallauris
Hôtel Windsor
Exposition KKF : Les Fleurs des Mâles
Jusqu'au 15 décembre 2015
11, rue Dalpozzo,06000 Nice

Followers

Membres

item