Les balades du samedi

"Bonjour Monsieur Matisse !" Gilles Miquelis Nu étendu , 2013 Huile sur toile, 200 × 400 cm Courtesy de l’...



"Bonjour Monsieur Matisse !"



Gilles Miquelis
Nu étendu, 2013
Huile sur toile, 200 × 400 cm
Courtesy de l’artiste
Sollicitée par des amis, j’ai mis sur pied une ébauche de ce qui pourrait devenir un rendez-vous régulier : la visite, un samedi après-midi, des musées et des galeries de Nice, et aussi d’ailleurs…Rien de nouveau sous le soleil car ça se pratique dans toutes les grandes villes, ici et là, de par le monde, mais le concevoir avec seulement deux ou trois participants peut avoir un charme particulier…
A deux pour notre première sortie, nous avons déjeuné en plein soleil sur le parvis du Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain, puis visité les deux expositions dudit musée : la grande, "Bonjour Monsieur Matisse!", terminée mais toujours accrochée, et l’autre, plus modeste "Collection LGR" qui dure jusqu’au 5 janvier 2014.
A rappeler à ceux qui l’auraient oublié : "Bonjour Monsieur Matisse !" faisait partie du grand événement : "Nice 2013 - Un été pour Matisse" sous le commissariat général de Jean-Jacques Aillagon.
Pour "Bonjour Monsieur Matisse !", Gilbert Perlein a fait le choix de s’interroger sur la survivance de l’iconographie matissienne chez les artistes contemporains en privilégiant la citation directe des œuvres (sic).
Pourquoi pas ? Beaucoup d’œuvres, certaines incontournables, jalonnent ce parcours régi par une thématique très actuelle pour les artistes majeurs : l’atelier, les intérieurs, les natures mortes, le nu et le portrait…  à laquelle il faut ajouter, pour Matisse, la danse et les papiers découpés…
Je ne vais pas détailler un à un les tableaux accrochés, mais je choisirai pour la première salle du musée, trois pièces qui marquent pour moi cette filiation (celle de Sophie Matisse mise à part puisqu’elle est familiale) : celle d’Alain Jacquet, celle de Vincent Corpet et le grand nu de Gilles Miquelis, jeune espoir niçois.
Dans le deuxième espace, il y a du Matisse dans les découpages de Louis Cane ainsi que dans la série de petits dessins plein d’humour de Gérald Panighi. Dans la dernière salle enfin, de nombreux artistes jouent la carte de la filiation mais d’une manière qui frise l’anecdote, la figure imposée… C’est le cas de Thierry Lagalla, de l’artiste italienne Paola Risoli, ou encore de Marco Del Re… Un coup de chapeau cependant à l’installation de Cynthia Lemesle & Jean-Philippe Roubaud, car elle évoque Matisse sans le copier !

Collection LGR


LGR, ce sont les initiales des prénoms de trois passionnés d’art : Laurence, Gaëtane et Roland, ou plus précisément : Laurence Climbeau, Gaëtane et Roland Botrel qui commencèrent leur aventure de collectionneurs à la fin des années quatre-vingt.

Erik DIETMAN Jönköping (Suède), 1937 – Paris, 2002
La Tasse du soir (1998)
Technique mixte sur papier. 72 x 88 cm
© ADAGP, Paris, 2013. Photo F. Fernandez
La trentaine d’œuvres présentée dans la galerie contemporaine du MAMAC est le reflet d’une collection rassemblant dans sa totalité plus d’une centaine de pièces. Elle constitue un ensemble ayant un véritable parti pris cohérent, sélectif et réfléchi, en constante évolution (sic).
Cela dit, c’est en simple visiteur que je m’exprimerai ici pour dire que j’ai apprécié les œuvres de la figuration narrative, spécialement, Eduardo Arroyo, Erró et Jacques Monory ; que je n’ai pas très bien compris le rapprochement entre Erik Dietman et Paul Rebeyrolle, mais que j’ai aimé les sculptures de Dietman, pleines d’humour et de poésie, et moins les peintures de Rebeyrolle qui demandent des tailles plus importantes pour frapper les esprits. Les pièces de Pierre Buraglio sont une bonne illustration des problématiques de Support-Surface… Enfin Yan Pei-Ming, avec Portrait de Mao, 1995, démontre, avec maestria, l’intemporalité de l’art du portrait.


"Paradigm shift"

Après cette vision muséale, il nous fallait connaître l’actualité de l’art contemporain dans les galeries. Quittant le quartier Garibaldi pour celui de la Gare, nous avons voulu découvrir le nouvel « Espace A Vendre » récemment ouvert.
Vue de l'exposition
La galerie est attrayante, d’une dimension raisonnable, avec un beau sol au dallage géométrique, comme on en trouve dans les vieux immeubles niçois. Sous le titre de Paradigm shift  l’artiste marseillais Lionel Scoccimaro propose une série d’objets où l’élément brut (bois, bûche, acier) s’habille d’accessoires sophistiqués faisant aussi bien appel à une imagerie médiévale ou de BD qu’à un exotisme (ananas) de carte postale.
Je cite Benjamin Bianciotto : « (…) des œuvres taillées comme des déclarations à l’élégance ravageuse, nous laissant devant leur insondable mystère, comme mal armées. ». C’est en effet, subtil, élégant mais ce dépaysement ne fait pas toujours sens… 

10, rue Assalit
06000 Nice

"Ma hauteur mange ma hauteur"

De la rue Assalit à la rue Vernier, il n’y a que quelques pas à faire pour accéder à la galerie Eva Vautier ; il suffit de traverser les rails du tramway ! C’est dans ce bel espace, distribué sur deux niveaux  que Jean-Simon Raclot expose.

Jean Simon est peintre ; ses tableaux sont des îles de verdure dans l’océan blanc de la galerie. Cadrés serrés, sans ciel, ces petits formats  nous plongent dans un univers à la végétation exubérante : sous-bois, chemins caillouteux, berges de rivières, mousses… tout l’attirail du rêve ou mieux, d’un paradis perdu dont nous nous sentons orphelins.

L’exposition s’accompagne d’un court texte de Jean-Luc Blanc : 
« Ma hauteur mange ma hauteur »
«Pour son exposition à la galerie Eva Vautier, Jean-simon nous invite à découvrir une série de tableaux et dessins aux teintes majoritairement
acidulées, chlorophylique fourmillant de touches intenses comme irradiantes donnant un accent fantastique à l’ensemble des propositions. Images mémorielles, ayant un rapport avec le parcours du peintre qui a expérimenté le retrait et la solitude afin de nous ramener à ces toiles empreintes d’une douce mélancolie fluorée.

A l’heure où le dérèglement climatique est au cœur de l’actualité, ce dérèglement chromatique offre comme un filtre puissamment onirique évoquant tour à tour d’autres temps, d’autres lieux.

Pensons aux paysages d’Alien de Ridley Scott, « Cobra verde », l’Enfer vert, cette jungle au cœur des ténèbres.

L’humain rôde masqué ou désaxé au sein de ce théâtre vide. Vers les verts au plus près d’un vertige.».

Que dire d’autre… C’est une belle peinture !

Galerie Eva Vautier
2, rue Vernier 
06000 Nice




"Le Paraphile"


Cette balade du samedi se termine par un instant de réel bonheur grâce à Loïc Swiny ! Allier la qualité graphique à un humour décapant est loin d’être monnaie courante dans l’univers actuel de l’art contemporain ; c’est pourtant ce qu’a réussi Swiny, éclairé par la pertinence du discours de Fabien Berrais, thérapeute.

Tout commence par un petit livre que je ne vous recommanderais jamais assez de commander (www.sweeen.com/photo ou mr@sweeen.com), qui répertorie des paraphilies (perversions) délirantes, imaginées par notre auteur*. Il faut lire l’avant-propos de Swiny dans lequel il se précise dans ses goûts comme professionnellement : « J’aime l’art contemporain. Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours aimé l’art contemporain. Sa pluralité et la richesse de ses moyens d’expression en font un terrain de jeu, de recherche et d’expérience le plus inspirant que je connaisse.
Designer graphique de profession, infographie, photographie et encre sont les outils que j’utilise quotidiennement pour modeler cette inspiration (…) ». Vient ensuite la préface de Fabien Berrais, psychothérapeute comportementaliste, qui analyse (si j’ose dire) ce rapprochement possible et ludique entre sa pratique et l’art contemporain. Il dit : « (…). L’approche artistique a souvent permis de dévoiler ce qui ne peut être ni entendu, ni dit ». Voilà beaucoup de mots pour parler d’une exposition, mais on peut (ou presque) se passer d’eux pour apprécier les pièces accrochées au mur, qui déclinent quelques-unes des perversions répertoriées dans la grande affiche de l’entrée.
planches #041et #090


133 planches dessinent graphiquement, mais avec l’ajout d’un mini texte hilarant, les étranges déviances dans lesquelles vous n’allez pas vous reconnaître… enfin, je l’espère, pas dans toutes !

L’artiste se propose, en neuf planches, de tracer votre « autoportrait paraphile ».



*« La paraphilie : (du grec para- [παρά], « auprès de, à côté de » et -philia [φιλία], « amour », est l’ensemble des attirances ou pratiques sexuelles qui diffèrent des actes traditionnellement considérés comme « normaux » ; les pratiques elles-mêmes sont souvent classées comme des délits ou des crimes sexuels dans différents pays. Le terme de paraphilie est utilisé par certains milieux psychiatriques aux États-Unis à la place du mot perversion, considéré comme péjoratif ; il a été inventé par Wilhelm Stekel durant les années 1920. Un sexologue du nom de John Money l’a popularisé plus tard en tant que désignation non péjorative pour classifier "les intérêts sexuels inhabituels". Il décrivait la paraphilie comme un « embellissement sexo-érotique, ou alternative à la norme officielle idéologique ».



Galerie Le 22
22, rue de Dijon
06000 Nice

Voir aussi...

Expositions 2159604995945530402

Enregistrer un commentaire

emo-but-icon

Bloc-notes

MUSÉE NATIONAL FERNAND LÉGER
FERNAND LÉGER - PAUL ÉLUARD
AUTOUR DU POÈME
"LIBERTÉ".
28 novembre 2015 - 7 mars2016
chemin du Val de Pome - 06410 Biot
Paula Cooper Gallery
Claes Oldenburg & Coosje van Bruggen
Things Around the House
Nov 07 - Dec 12, 2015
534 West 21st Street
10011-2812 New YorkUSA
T +(212) 255 1105
info@paulacoopergallery.com
http://paulacoopergallery.com
Capitain Petzel
JOYCE PENSATO
LATER IS NOW
Karl-Marx-Allee 45,
10178 Berlin
www.capitainpetzel.de
Gagosian Gallery Paris
Sterling Ruby
Oct 18 - Dec 19, 2015
800 Avenue de l'Europe
93350 Paris- France
T +33 1 48 16 16 47
paris@gagosian.com
www.gagosian.com
Musée d'Art de Toulon
“Délices D'artistes“
Peintures, sculptures, photographies
Vernissage le 19 Novembre
Du 20 novembre 2015 au 10 avril 2016
113, boulevard Leclerc - Toulon
Tél 04 94 36 81 01
Théâtre de la photographie et de l'Image
Henri Cartier-Bresson
Du 9 octobre 2015 au 24 janvier 2016
27 boulevard Dubouchage - Nice
www.tpi-nice.org
Art concept
Roman Signer
Sculptures
Oct 30 - Dec 23, 2015
4, passage Sainte-Avoye
75003 Paris - France
T +33 1 53 60 90 30
info@galerieartconcept.com
http://www.galerieartconcept.com
Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois
HENRIQUE OLIVEIRA
Fissure
9.10 au 28.11 2015
36, rue de Seine
75006 Paris
T.+33(0)1 46 34 61 07
www.galerie-vallois.com
info@galerie-vallois.com
Àcentmètresducentredumonde centre d´art contemporain
HET NIEUWE VERHAAL (la nouvelle histoire)
exposition organisée par Pat Andrea
16 octobre - 20 décembre 2015
3, avenue de Grande Bretagne, 66000 Perpignan
Musée Pablo Picasso : La Guerre et La Paix
Mathieu Pernot,
Fragments d’histoires
19 septembre 2015 – 4 janvier 2016
Place de la Libération 06220 Vallauris
Hôtel Windsor
Exposition KKF : Les Fleurs des Mâles
Jusqu'au 15 décembre 2015
11, rue Dalpozzo,06000 Nice

Followers

Membres

item