Gilles Miquelis

J'ai choisi pour illustrer l’exposition « Bonjour Monsieur Matisse ! », de mettre en tête de mon texte une grande toile bucolique de Gil...

J'ai choisi pour illustrer l’exposition « Bonjour Monsieur Matisse ! », de mettre en tête de mon texte une grande toile bucolique de Gilles Miquelis. J'ai mentionné à ce sujet qu'il faisait partie de la nouvelle génération  d'artistes niçois, non estampillés "Villa Arson"... Pour mieux vous faire connaître cette œuvre que je défends farouchement même si elle parle très bien par elle-même, je publie ici une œuvre plus ancienne de l'artiste et un texte que j'avais écrit à l'occasion de son exposition dont j'étais commissaire pour la galerie Norbert Pastor à Nice, en 2007 et pour la galerie Marlborough à Monaco, en 2012.

Gilles Miquelis 


« sans titre »
Huile sur calque
220x 150cm
A propos de l’ego 
HJG : Il semble que tu n’es pas présent dans ta peinture. Où est ton ego ? 
Gilles Miquelis : Il y a une forme de pudeur mais aussi de voyeurisme dans le fait que je me tiens en dehors du sujet. Il y a un recul face à l’état de crise de mes personnages, mais pourtant je m’engage de plus en plus dans ma peinture. Il me semble qu’avant j’étais plus dans l’apparence alors que maintenant, notamment dans ces peintures de couples, je m’attache à entrer dans l’intimité des gens.
A propos de l’impudeur 
HJG : peut-on dire que tes personnages qu’ils sont impudiques » ?
G. M. : L’impudeur doit être absolument présente dans la peinture si l’on veut être confronté à sa propre réalité. Elle peut aussi montrer certaines qualités comme la vérité, la compréhension,  l’énergie, la motivation qui pousse à agir. Montrer l’impudeur ne vient pas d’un choix mais d’une incontournable vision permanente de l’humain dans toute sa splendeur.
Bien que beaucoup de mes thèmes soient une transposition d’un vécu ou de “choses” vues, je tente de les mettre en perspective sans pudeur peut-être pour souligner que c’est notre regard qui est impudique. Tout ce que l’œil humain sait faire : enregistrer, observer, fixer, n’implique-t-il pas en soi un aspect impudique, curieux, voire légèrement pervers ? Mes histoires sont des sortes de théâtralisations dans lesquelles les êtres se montrent dans des poses souvent exhibitionnistes, parfois mythiques, embellies d’une pauvre gaieté, parfaitement impuissante cependant en face de la catastrophe qui approche...
A propos du décalage 
HJG : Tes personnages semblent toujours être en décalage par rapport à la situation dans laquelle ils se trouvent. Ils sont « ailleurs ». En général on n’est pas nue quand on passe l’aspirateur, on n’a pas la clope au bec quand on est en robe blanche de mariée… 
G. M. : Je ne considère pas mes thèmes en décalage, mais en accord parfait avec la nature humaine ! Une naine assise dans fauteuil n’est pas en décalage, elle est simplement la plus petite femme du monde, ce qui fait d’elle un personnage hors normes, extraordinaire. Une femme de trois cents kilos qui est seule faute de ne pouvoir sortir par ses propres moyens peut être pour moi un sujet rare, précieux qui nous interroge sur l’oubli, l’abandon… Le quotidien a aussi son caractère sensationnel ! L’humour joue alors comme intention positive, peut-être choquant parce qu’alors incompris. Si mes personnages sont en décalage parce qu’ils sont insolites de vérité, ils me demandent une attention toute particulière, une étude, un croquis. Ils nous renvoient à ce que nous sommes, ce que nous faisons. Je sais, c’est en peinture une entreprise longue et ambitieuse, mais j’aime l’idée qu’un fou puisse avoir la force de dix hommes, qu’une femme puisse soulever un camion pour sauver son enfant prisonnier sous les roues… Une façon de montrer que nous sommes capables du pire comme du meilleur !
A propos du plaisir 
HJG : Ce qui fascine dans ta peinture c’est cette espèce de plaisir que semblent prendre tes personnages à faire les choses les plus simples, les plus banales, parfois même les plus « bêtes » . Est-ce le reflet d’un plaisir simple ou au contraire très complexe que tu prends à la peindre qui donne cette impression ?
G. M. : Le plaisir, pour moi (parce que mes peintures sont toujours impulsives, à croquer dans le frais) comme pour mes personnages fonctionne chaque fois que la perception du désir répond à ce qu’on attend. Il entre en scène sous une forme émotive, transgresse l’aspect respectueux de la chair pour exercer une fascination plutôt humoristique. Le simple fait qu’un individu soit multiple dans ses apparences, ses loisirs du dimanche, sa bêtise, sa tendresse, son incohérence, sa vérité indigeste, nous révèle un ailleurs, un aspect nouveau, mutant, magnifique d’une sauvagerie spontanée.
Assister aux « ébats amoureux » d’êtres humains quels qu’ils soient, dans l’indolence de  leurs heures de loisir, nous pousse à une sorte de voyeurisme, de fétichisme et pour moi à cette envie de les collectionner, de les accumuler et par là même de les protéger en les mettant en scène sous une lumière semblable à celle d’un studio de cinéma.
A propos du calque 
HJG. : Dans tes récents travaux tu utilises beaucoup le calque comme support. Pourquoi ?
G. M.  : Il offre un accès direct à l’utilisation spécifique de la lumière, de l’éclairage. Il permet des mises en scène iconographiques qui ont la capacité de graver dans nos mémoires une réalité ancrée dans le rêve. Il incite à une plate description de la réalité matérielle qui donne au sujet son importance et met en valeur sa forme.

Propos recueillis par Hélène Jourdan-Gassin, Nice, août 2007


Voir aussi...

Portraits 8431895242309134004

Enregistrer un commentaire

emo-but-icon

Bloc-notes

MUSÉE NATIONAL FERNAND LÉGER
FERNAND LÉGER - PAUL ÉLUARD
AUTOUR DU POÈME
"LIBERTÉ".
28 novembre 2015 - 7 mars2016
chemin du Val de Pome - 06410 Biot
Paula Cooper Gallery
Claes Oldenburg & Coosje van Bruggen
Things Around the House
Nov 07 - Dec 12, 2015
534 West 21st Street
10011-2812 New YorkUSA
T +(212) 255 1105
info@paulacoopergallery.com
http://paulacoopergallery.com
Capitain Petzel
JOYCE PENSATO
LATER IS NOW
Karl-Marx-Allee 45,
10178 Berlin
www.capitainpetzel.de
Gagosian Gallery Paris
Sterling Ruby
Oct 18 - Dec 19, 2015
800 Avenue de l'Europe
93350 Paris- France
T +33 1 48 16 16 47
paris@gagosian.com
www.gagosian.com
Musée d'Art de Toulon
“Délices D'artistes“
Peintures, sculptures, photographies
Vernissage le 19 Novembre
Du 20 novembre 2015 au 10 avril 2016
113, boulevard Leclerc - Toulon
Tél 04 94 36 81 01
Théâtre de la photographie et de l'Image
Henri Cartier-Bresson
Du 9 octobre 2015 au 24 janvier 2016
27 boulevard Dubouchage - Nice
www.tpi-nice.org
Art concept
Roman Signer
Sculptures
Oct 30 - Dec 23, 2015
4, passage Sainte-Avoye
75003 Paris - France
T +33 1 53 60 90 30
info@galerieartconcept.com
http://www.galerieartconcept.com
Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois
HENRIQUE OLIVEIRA
Fissure
9.10 au 28.11 2015
36, rue de Seine
75006 Paris
T.+33(0)1 46 34 61 07
www.galerie-vallois.com
info@galerie-vallois.com
Àcentmètresducentredumonde centre d´art contemporain
HET NIEUWE VERHAAL (la nouvelle histoire)
exposition organisée par Pat Andrea
16 octobre - 20 décembre 2015
3, avenue de Grande Bretagne, 66000 Perpignan
Musée Pablo Picasso : La Guerre et La Paix
Mathieu Pernot,
Fragments d’histoires
19 septembre 2015 – 4 janvier 2016
Place de la Libération 06220 Vallauris
Hôtel Windsor
Exposition KKF : Les Fleurs des Mâles
Jusqu'au 15 décembre 2015
11, rue Dalpozzo,06000 Nice

Followers

Membres

item