"HER"

Theodore Twonbly (Joachim Phoenix) Je suis toujours en retard d’un commentaire, tant les films que je vais voir en ce moment m’int...



Theodore Twonbly (Joachim Phoenix)

Je suis toujours en retard d’un commentaire, tant les films que je vais voir en ce moment m’intéressent. C’est le cas avec  Her, le dernier film du réalisateur américain Spike Jonze dont j’avais déjà beaucoup apprécié « Dans la peau de John Malkovitch ».

Dire que déteste la science-fiction et tout ce qui s’éloigne plus ou moins de la réalité (enfin, de la mienne…) serait exagéré, mais c’est vrai que je boude volontiers les épopées à effets spéciaux ou les voyages extraordinaires dans l’espace, sauf peut-être  2001 : l’Odyssée de l’espace (mais c’était Kubrick, et malgré ça, je m’y suis parfois un peu ennuyée…).
En revanche, la fiction cinématographique, lorsqu’elle flirte avec le conte philosophique, recueille tous mes suffrages. Aussi, après avoir dit tout le bien que je pensais d’Only Lovers Left Alive de Jim Jarmusch, j’en fais de même pour le dernier Spike Jonze, sans chercher pour autant à comparer les deux réalisateurs.

Pour Her, l’argument est simple : Theodore Twombly (Joachim Phoenix), un homme assez banal dont le travail quotidien consiste à écrire des lettres pour d’autres (sorte d’écrivain public contemporain) vit dans une ville qu’on nous dit être Los Angeles, mais qui ne lui ressemble pas (on aperçoit parfois des signalétiques en chinois) et habite un building luxueux, peu différent de ceux qui existent aujourd’hui. La technologie y est à peine plus avancée, écrans géants, jeux d’intérieur sous forme d’hologrammes et échanges entre les individus équipés d’oreillettes leur permettant d’avoir vocalement accès à toutes sortes d’occupations quotidiennes…
Theodore dans la Ville
On est là dans un futur soft, à peine éloigné de nous, jusqu’à ce que cet homme seul et en plein divorce, fasse l’acquisition d’un programme informatique d’intelligence artificielle dont l’interface est une voix de femme et… qu’il en tombe amoureux… Comment opère la voix pour emballer son utilisateur ? Elle se présente, Samantha, et d’emblée entre dans l’univers de Theodore ; Elle lui lit ses e-mails, lui propose d’y répondre, range et trie ses adresses (qui n’a pas rêvé qu’on le fasse), assume immédiatement tous ses problèmes quotidiens : banque, administration, propositions diverses, invitations… et les gère avec intelligence. En un rien de temps, elle se rend indispensable, tout en bavardant avec un incroyable sens de l’humour et une sorte de tendresse pour son « client »… Quasiment impossible de ne pas être séduit par tant de qualités et, cerise sur le gâteau, comment ne pas tomber amoureux quand cette voix chargée de sensualité débordante, est celle de Scarlett Johansson (d’aucuns trouvent que l’incarnation est trop présente et qu’elle affaiblit le propos du film, moi pas).

A partir de là, l’aventure passionne ou divise, mais elle engage, en tout cas, une réflexion profonde, je dirais même, métaphysique sur ce que sont les rapports humains, leurs limites et leurs dépassements …   
S’ensuit une série d’interrogations qu’on peut se poser sans, évidemment, trouver les réponses…

Le rapport physique : Theodore est amoureux, Samantha l’est aussi, et ils vivent une relation intense comme celle des couples séparés par des distances matérielles. Mais peut-on aimer ce qui n’existe que virtuellement ? Theodore le peut, lui qui a un corps, Samantha pas, ce qui la fait souffrir…

La jalousie : Theodore redoute que Samantha, intelligence artificielle, ait des relations amoureuses avec d’autres utilisateurs et elle confirme ses craintes. 

La transcendance : Samantha parle à Theodore de rapports qu’elle a avec un écrivain décédé : on peut en effet imaginer qu’une intelligence artificielle n’ait pas les mêmes barrières par rapport à la mort que les vivants…

L’esprit : la totalité du programme d’intelligence artificielle disparaît soudain des écrans et Theodore n’a plus aucune possibilité de joindre Samantha. Est-ce que quelque chose de Samantha continue quand même à exister dans un autre espace-temps ?

En dehors de toutes ces questions qu’on peut d’ailleurs ne pas se poser, le monde de Spike Jonze n’est pas si éloigné du nôtre. Dans nos rues comme dans les siennes, les passants conversent avec des interlocuteurs absents ; les gens se rencontrent et font l’amour par l’intermédiaire de leurs écrans ; nos programmes informatiques sont, aujourd’hui, des robots qui n’ont plus besoin, pour être efficaces, d’être matérialisés en de ridicules machines…

Enfin, si tout l’argumentaire repose sur la voix, les images n’en sont pas moins belles, noyées dans une lumière solaire… Les intérieurs comme les extérieurs sont subtilement inidentifiables, pas plus que les codes vestimentaires des personnages qui oscillent entre les années 30 (moustache et pantalons à taille haute de Joachim Phoenix) et les années 60 (couleurs et styles). C’est aussi une belle histoire d’amour que j’espère ne pas avoir trop dévoilée, mais je crois qu’il vous reste encore quelques belles surprises.

Voir aussi...

Cinéma 2769737244284482000

Enregistrer un commentaire

emo-but-icon

Bloc-notes

MUSÉE NATIONAL FERNAND LÉGER
FERNAND LÉGER - PAUL ÉLUARD
AUTOUR DU POÈME
"LIBERTÉ".
28 novembre 2015 - 7 mars2016
chemin du Val de Pome - 06410 Biot
Paula Cooper Gallery
Claes Oldenburg & Coosje van Bruggen
Things Around the House
Nov 07 - Dec 12, 2015
534 West 21st Street
10011-2812 New YorkUSA
T +(212) 255 1105
info@paulacoopergallery.com
http://paulacoopergallery.com
Capitain Petzel
JOYCE PENSATO
LATER IS NOW
Karl-Marx-Allee 45,
10178 Berlin
www.capitainpetzel.de
Gagosian Gallery Paris
Sterling Ruby
Oct 18 - Dec 19, 2015
800 Avenue de l'Europe
93350 Paris- France
T +33 1 48 16 16 47
paris@gagosian.com
www.gagosian.com
Musée d'Art de Toulon
“Délices D'artistes“
Peintures, sculptures, photographies
Vernissage le 19 Novembre
Du 20 novembre 2015 au 10 avril 2016
113, boulevard Leclerc - Toulon
Tél 04 94 36 81 01
Théâtre de la photographie et de l'Image
Henri Cartier-Bresson
Du 9 octobre 2015 au 24 janvier 2016
27 boulevard Dubouchage - Nice
www.tpi-nice.org
Art concept
Roman Signer
Sculptures
Oct 30 - Dec 23, 2015
4, passage Sainte-Avoye
75003 Paris - France
T +33 1 53 60 90 30
info@galerieartconcept.com
http://www.galerieartconcept.com
Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois
HENRIQUE OLIVEIRA
Fissure
9.10 au 28.11 2015
36, rue de Seine
75006 Paris
T.+33(0)1 46 34 61 07
www.galerie-vallois.com
info@galerie-vallois.com
Àcentmètresducentredumonde centre d´art contemporain
HET NIEUWE VERHAAL (la nouvelle histoire)
exposition organisée par Pat Andrea
16 octobre - 20 décembre 2015
3, avenue de Grande Bretagne, 66000 Perpignan
Musée Pablo Picasso : La Guerre et La Paix
Mathieu Pernot,
Fragments d’histoires
19 septembre 2015 – 4 janvier 2016
Place de la Libération 06220 Vallauris
Hôtel Windsor
Exposition KKF : Les Fleurs des Mâles
Jusqu'au 15 décembre 2015
11, rue Dalpozzo,06000 Nice

Followers

Membres

item