Avec "Carol", j’étais "Loin du Paradis" !

Cate Blanchett Tout était parfait à Cannes ce dimanche passé, le beau temps avec juste qu’il fallait de vent, la foule et ses jeunes...



Cate Blanchett

Tout était parfait à Cannes ce dimanche passé, le beau temps avec juste qu’il fallait de vent, la foule et ses jeunes gens en smoking vous demandant nerveusement si vous aviez une place, ses jeunes filles en jolies robes, quémandant la même faveur sur leurs petites pancartes… Un tapis rouge foulé par des pieds célèbres : Salma Hayek, Jake Gullenhaal, Isabelle Huppert, Vincent Cassel, Eva Longoria etc. ; Thierry Frémaux bavardant avec Benicio Del Toro, dans l’attente du jury mené par une Cate Blanchett resplendissante… Tous les voyants clignotaient : attention chef-d’œuvre !
Dans la salle surchauffée, par la chaleur plus que par la fièvre, un public très sage (je me remémorai l’atmosphère délirante pour Mommy, l’année dernière) attendait ce que quasiment  toute la presse avait déjà annoncé comme la Palme 2015 !
Plus que quiconque, je m’étais équipée de kleenex, tant le souvenir de Loin du paradis de Todd Haines, avec l’inoubliable Julianne Moore emplissait encore mon cœur d’émotion.

Si l’on tient à tout prix aux comparaisons, c’est bien de Loin du paradis, du même réalisateur, qu’il faut rapprocher Carol et non de La vie d’Adèle, comme l’ont fait la plupart des critiques, se référant au thème commun, c'est-à-dire un amour lesbien.

Or, si Carol et Loin du paradis traitent aussi d’homosexualité, c’est surtout la période dépeinte qui les rapproche, cette atmosphère étouffante d’une Amérique du Nord soumise au maccarthysme, dans laquelle l’homosexualité est perçue comme un crime.

Bon, venons-en maintenant à ce film proclamé chef-d’œuvre par la plupart et mélo lesbien soporifique pour d’autres, et à son histoire :
Dans le New York des années 1950, Therese, jeune employée d’un grand magasin de Manhattan, fait la connaissance d’une cliente distinguée, Carol, femme séduisante prisonnière d’un mariage peu heureux. A l’étincelle de la première rencontre succède rapidement un sentiment plus profond. Les deux femmes se retrouvent prises au piège entre les conventions et leur attirance mutuelle.
Carol Aird et Therese Bellivet

Certes c’est un mélo, mais Loin du paradis en était un aussi, alors pourquoi ai-je adhéré si puissamment au premier et pas à Carol ? Parce que si le sujet est, en gros, le même, c’est-à-dire le drame que représentait l’homosexualité aussi bien masculine que féminine aux États-Unis dans les années 50 et s’il est traité avec la même qualité plastique, il manque, hélas, à Carol un moteur puissant : celui de l’émotion. 
Julianne Moore nous emportait, Cate Blanchett nous laisse sur place ! 
Je dirais à Todd Haynes, avec tout le respect que je lui porte, qu’un même miracle n’a jamais lieu deux fois.
Pour ceux qui ne peuvent pas se passer de comparer, disons qu’autant il y a de sensualité débordante dans le coup de foudre d’Adèle Exarchopoulos pour Léa Seydoux, autant celui de Rooney Mara pour Cate Blanchett me semble emballé dans du papier glacé ; comme celui qui couvre l’orchidée que tout jeune Américain des années 50 se devait d’offrir à sa première date *!
Et ne parlons pas des scènes de sexe ; on sent bien que les corps à corps lesbiens ne passionnent guère Todd Haynes qui ne fait que les effleurer : un sein à peine aperçu ou une tête glissée sous un drap… alors que Kechiche les suscite, les observe et les dirige avec passion…

Autres temps, autres mœurs, pourrait-on dire et c’est sans doute l’intérêt du film, cette peinture d’une élégance désuète qui ne laisse jamais place à la moindre démesure. Carol est une aristocrate huppée de la Côte Est, une Wasp* qui aime avec retenue, aussi bien son amante que son enfant.
Carol

Le film est à son image, élégant, impeccablement réalisé, mais parfois bien ennuyeux…
La photographie d’Ed Lachman est sublime, les décors et costumes sont une impeccable reconstitution de l’époque, mais mon dieu que tout cela est sage !

Quant aux deux interprètes c‘est comme Canada Dry : ça ressemble à l’alcool, c’est doré comme l’alcool, mais ce n’est pas de l’alcool ! 
Imaginez Gena Rowlands en Carol Aird et Audrey Hepburn en Therese Bellivet et vous auriez deux magnifiques premiers prix d’interprétation !

Alors, allons-y pour la Palme puisque Cannes se veut maintenant plus conventionnel même qu'Hollywood ! 

*date : rendez-vous
*WASP : White Anglo Saxon Protestant
http://www.lexpress.fr/…/festival-de-cannes-je-n-ai-pas-pu-…

Voir aussi...

Cinéma 2204196376872641023

Enregistrer un commentaire

emo-but-icon

Bloc-notes

MUSÉE NATIONAL FERNAND LÉGER
FERNAND LÉGER - PAUL ÉLUARD
AUTOUR DU POÈME
"LIBERTÉ".
28 novembre 2015 - 7 mars2016
chemin du Val de Pome - 06410 Biot
Paula Cooper Gallery
Claes Oldenburg & Coosje van Bruggen
Things Around the House
Nov 07 - Dec 12, 2015
534 West 21st Street
10011-2812 New YorkUSA
T +(212) 255 1105
info@paulacoopergallery.com
http://paulacoopergallery.com
Capitain Petzel
JOYCE PENSATO
LATER IS NOW
Karl-Marx-Allee 45,
10178 Berlin
www.capitainpetzel.de
Gagosian Gallery Paris
Sterling Ruby
Oct 18 - Dec 19, 2015
800 Avenue de l'Europe
93350 Paris- France
T +33 1 48 16 16 47
paris@gagosian.com
www.gagosian.com
Musée d'Art de Toulon
“Délices D'artistes“
Peintures, sculptures, photographies
Vernissage le 19 Novembre
Du 20 novembre 2015 au 10 avril 2016
113, boulevard Leclerc - Toulon
Tél 04 94 36 81 01
Théâtre de la photographie et de l'Image
Henri Cartier-Bresson
Du 9 octobre 2015 au 24 janvier 2016
27 boulevard Dubouchage - Nice
www.tpi-nice.org
Art concept
Roman Signer
Sculptures
Oct 30 - Dec 23, 2015
4, passage Sainte-Avoye
75003 Paris - France
T +33 1 53 60 90 30
info@galerieartconcept.com
http://www.galerieartconcept.com
Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois
HENRIQUE OLIVEIRA
Fissure
9.10 au 28.11 2015
36, rue de Seine
75006 Paris
T.+33(0)1 46 34 61 07
www.galerie-vallois.com
info@galerie-vallois.com
Àcentmètresducentredumonde centre d´art contemporain
HET NIEUWE VERHAAL (la nouvelle histoire)
exposition organisée par Pat Andrea
16 octobre - 20 décembre 2015
3, avenue de Grande Bretagne, 66000 Perpignan
Musée Pablo Picasso : La Guerre et La Paix
Mathieu Pernot,
Fragments d’histoires
19 septembre 2015 – 4 janvier 2016
Place de la Libération 06220 Vallauris
Hôtel Windsor
Exposition KKF : Les Fleurs des Mâles
Jusqu'au 15 décembre 2015
11, rue Dalpozzo,06000 Nice

Followers

Membres

item