En savoir plus sur Pahlavi

En partant d'actualités comme ce vernissage chez Eva Hober (voir une semaine parisienne) qui a été une grande réussite comme la soirée...



En partant d'actualités comme ce vernissage chez Eva Hober (voir une semaine parisienne) qui a été une grande réussite comme la soirée dans un club "extrémement privé" qui a suivi, j'inclus, histoire de rafraîchir les mémoires, un texte que j'ai écrit sur le couple d'artistes Pahlavi/Obrecht.
Pour la suite d'Une semaine parisienne ce sera demain, avec un compte-rendu sur Art Paris et le salon du dessin.

Axel Pahlavi/FlorenceObrecht

Il y a des couples d’artistes dont le travail ne fait qu’un, les Poirier, les Lalanne, etc., puis des couples dont les œuvres ont une profonde autonomie, Annette Messager et Christian Boltanski, Anna Eva Bergman et Hans Hartung, Dorothea Tanning et Max Ernst… Où ranger Axel Pahlavi et Florence Obrecht, ces deux jeunes peintres, parmi les couples/fusion ou ceux qui suivent des routes différentes ? J’opterais pour une troisième solution : celles des voies parallèles ! Et la preuve, s’il en fallait une, est que lorsqu’on tente de parler de l’un, c’est inévitablement l’autre auquel on le rapproche ou l’oppose. Il faut dire que travailler dans le même atelier, avec souvent la petite Liselotte qui trottine au milieu, n’est pas pour dissiper ce genre d'intrication.
Suivons d’abord Axel Pahlavi dont le parcours est hors du commun. En effet tout le monde n’est pas né à Téhéran, d’un père adopté par le frère du Chah d’Iran, et ne sens pas couler dans ses veines, du sang français mais aussi letton, polonais, allemand, anglais, danois sans oublier une touche de Kurde.
Ses études sont brillantes ; Matheux, il obtient son baccalauréat avec mention, suit une année à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles puis aux Beaux-Arts de Paris, dans l’atelier de Vladimir Vélicovic, et obtient son diplôme avec les félicitations du jury à l’unanimité. Ajoutez à cela, une bourse à la Hochschle der Künste, un post-diplôme à l’Académie des Beaux-Arts de Sofia et vous aurez le jeune homme parmi les mieux formés de sa génération mais surtout, un des plus doué !
Florence, elle, est plus classiquement française. Née à Metz, elle suit les Beaux-Arts de Paris, dans les ateliers de Piffaretti et Kermarrec. Diplômée en 2001, elle ira à Sofia puis sera boursière de la Kunsthochschule de Berlin et de l’Hunter College of the City University of New York.
Depuis 1998, tous deux exposent en France et l’étranger. Installés maintenant sur la Côte, où ils ont exposé galerie Alain Couturier et Lola Gassin, ils ont fait de Nice leur port d’attache. Alors qu’ils travaillaient dans quelques mètres carrés, rue Blanche, ils s’enthousiasment pour l’espace Spada que la ville de Nice met à la disposition d’une cinquantaine d’artistes et disent combien ce confort apporte à leur travail.
C’est dans un atelier spacieux mais sans fenêtres, que Pahlavi nous a reçoit, entouré d’un immense portrait à la Zurbaran et d’une série de visages de femmes, étrangement torturés par la couleur et les coulées de peinture. Face à eux, les grandes toiles de Florence Obrecht mettent en scène, avec force, des êtres séraphiques aux regards candides et aux corps bien charpentés.
Comment concilient-ils ces différences ? Il y a peu d’interventions, dit Axel. «.Cependant, quand je fais une bonne toile, je vois l’intérêt du regard de Florence. J’essaye d’intervenir le moins possible sur le travail de Florence, de ne pas établir de rapport de force car j’aurais tendance à être très dogmatique : ça c’est bien, ça c’est pas bien. Heureusement que je ne suis pas comme ça dans la vie ! Je pense qu’aujourd'hui, je lui ai pris et elle m’a pris, c’est difficile de savoir ce qui appartient à l’un ou à l’autre Si Florence aime bien mon boulot, c’est un bon boulot. Trois ou quatre jours après, elle m’en parle sans que je le lui demande. Et c’est réciproque. Nous ne mettons pas de barrière et ça ne me dérangerait pas du tout qu’elle veuille copier un de mes tableaux. Nous envisageons d’ailleurs, un travail à quatre mains! Sinon, je nourris peu de la peinture des autres. Ce que j’aime, c’est Picasso, Bacon, Warhol etc., que je regarde dans les bouquins ou les expositions. Je me tiens aussi courant de peinture contemporaine ».
Axel Pahlavi et Florence Obrecht exposent depuis plusieurs années, ensemble ou séparément, dans des lieux alternatifs ou des galeries, avec MU, un groupe de jeunes artistes parisiens, avec la galerie (Evahober à Paris puis à Moscou en juin 2004.
A l’atelier, face à l’extrême violence de ses dernières toiles, je demande à Pahlavi s’il en connaît les causes : « l’artiste est très narcissique et le travail qu’il fait répond à ses besoins narcissiques. Je repense au XXème siècle, à Picasso, à Bacon. En mettant ensemble de nouvelles formes très différentes, ils recherchaient l’énergie plus que la représentation. C’est ce que je poursuis et malgré moi, au niveau de la forme, ça devient une figure violente. C’est du domaine de l’inconscient, de ce qui se passe derrière. Pour moi le tableau est réussi quand il y a vraiment une forte énergie à l’intérieur. Alors, est-ce qu’il y a moyen de mettre beaucoup d’énergie dans une figure et la laisser tranquille ? Je me pose la question. En même temps, j’utilise de plus en plus de figures qui viennent vers la mode. Chez mes jeunes filles, même s’il y a des choses monstrueuses, il y a quand même, qui flotte ici ou là, quelque chose de ce qu’on appelle le beau aujourd’hui. Mais ce beau est agressé par des gros coups de pinceaux, des coulées ; de belles choses mêlées à d’autres, très laides, dans une volonté d’en tirer encore d’autres, très différentes. En vérité, c’est nouveau et je ne connais pas ce qui va se passer ! Ce sont des tableaux difficiles à regarder. Mes prochains tableaux seront, un saint Sébastien et Florence en Olympia. Une peinture très XIXème, très peinture de chevalet, comme je n’ai encore jamais fait ! Je vais la photographier, d’une manière plutôt sensuelle mais je travaillerai ensuite sur une peinture épaisse, sur les transparences, les glacis… L’idéal serait que Florence pose, huit heures d’affilée mais c’est impossible. Les choses vont tellement vite aujourd’hui… Je me souviens qu’en Bulgarie, sans doute un héritage stalinien, on faisait encore poser les gens sans bouger des heures durant, une sorte de rapport de maître à esclave. Avec la photo, on évite cela mais c’est beaucoup moins bien. Le modèle est figé et pour mettre de la vie, de l’épaisseur, il faut l’exploser, le détruire!
Texte paru dans COTE Magazine en 2007

Enregistrer un commentaire

emo-but-icon

Bloc-notes

MUSÉE NATIONAL FERNAND LÉGER
FERNAND LÉGER - PAUL ÉLUARD
AUTOUR DU POÈME
"LIBERTÉ".
28 novembre 2015 - 7 mars2016
chemin du Val de Pome - 06410 Biot
Paula Cooper Gallery
Claes Oldenburg & Coosje van Bruggen
Things Around the House
Nov 07 - Dec 12, 2015
534 West 21st Street
10011-2812 New YorkUSA
T +(212) 255 1105
info@paulacoopergallery.com
http://paulacoopergallery.com
Capitain Petzel
JOYCE PENSATO
LATER IS NOW
Karl-Marx-Allee 45,
10178 Berlin
www.capitainpetzel.de
Gagosian Gallery Paris
Sterling Ruby
Oct 18 - Dec 19, 2015
800 Avenue de l'Europe
93350 Paris- France
T +33 1 48 16 16 47
paris@gagosian.com
www.gagosian.com
Musée d'Art de Toulon
“Délices D'artistes“
Peintures, sculptures, photographies
Vernissage le 19 Novembre
Du 20 novembre 2015 au 10 avril 2016
113, boulevard Leclerc - Toulon
Tél 04 94 36 81 01
Théâtre de la photographie et de l'Image
Henri Cartier-Bresson
Du 9 octobre 2015 au 24 janvier 2016
27 boulevard Dubouchage - Nice
www.tpi-nice.org
Art concept
Roman Signer
Sculptures
Oct 30 - Dec 23, 2015
4, passage Sainte-Avoye
75003 Paris - France
T +33 1 53 60 90 30
info@galerieartconcept.com
http://www.galerieartconcept.com
Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois
HENRIQUE OLIVEIRA
Fissure
9.10 au 28.11 2015
36, rue de Seine
75006 Paris
T.+33(0)1 46 34 61 07
www.galerie-vallois.com
info@galerie-vallois.com
Àcentmètresducentredumonde centre d´art contemporain
HET NIEUWE VERHAAL (la nouvelle histoire)
exposition organisée par Pat Andrea
16 octobre - 20 décembre 2015
3, avenue de Grande Bretagne, 66000 Perpignan
Musée Pablo Picasso : La Guerre et La Paix
Mathieu Pernot,
Fragments d’histoires
19 septembre 2015 – 4 janvier 2016
Place de la Libération 06220 Vallauris
Hôtel Windsor
Exposition KKF : Les Fleurs des Mâles
Jusqu'au 15 décembre 2015
11, rue Dalpozzo,06000 Nice

Followers

Membres

item