La souris et le perroquet

On pourrait s’attendre à une fable, mais il n’en est rien. Il s’est agi ici de voler, car il est très séduisant, un des deux ...







On pourrait s’attendre à une fable, mais il n’en est rien. Il s’est agi ici de voler, car il est très séduisant, un des deux titres des expositions qui occupent en ce moment les salles de la Villa Arson, sous l’appellation générique de Bricologie.

Pour la première : Bricologie. La Souris et le Perroquet, située dans l’espace labyrinthique de la Villa (on en reparlera), il s’agit d’une réflexion conduite par les commissaires de l’exposition, deux artistes, Burkard Blümlein et Sarah Tritz, et l’historien d’art Thomas Golsenne, sur les rapports de l’art et de la technique, avec comme postulat : Faire, c’est penser.

Avant de commencer la visite, je voudrais juste dire combien la démonstration de l’intrication de ces deux fonctions : faire et penser ou penser et faire, est menée ici avec intelligence et sensibilité par nos commissaires, au point de nous rendre presque la chose évidente, alors que la fracture que l’on nous dit aujourd’hui réduite est encore bien vivante et continue à mettre sur un piédestal celui qui pense l’immatériel, c’est-à-dire l’artiste, face à celui qui se coltine la matière, c'est-à-dire l’artisan. Cette dichotomie est encore si vivace qu’on ne donne pas l’appellation de sculpteur à celui qui s’exprime avec la terre, le verre, les métaux précieux, mais bien celle de céramiste, verrier ou bijoutier…
vue d'ensembe

Voilà qui est dit, mais revenons à Bricologie. La Souris et le Perroquet. Une petite précision sans doute inutile, mais on ne sait jamais, ce mot est fait d’une contraction astucieuse entre bricolage et technologie. Pour ce qui est des bestioles, vous avez quotidiennement en main une souris devant votre ordinateur et pour ceux qui dessinent (ou dessinaient), le perroquet est cette petite forme de bois ou de plastique, essentielle pour tracer d’harmonieuses courbes (elle figure dans l’œuvre de Franck Stella, Valentine Mechanical, 1977, utilisée pour l’affiche de l’exposition.)

Plus de quarante artistes participent (je ne peux tous les citer ici) à cette exposition, ainsi que des œuvres et objets anonymes issus des Musées des Arts et traditions populaires de Draguignan, du Musée départemental de Grasse, du Musée des métiers d’antan de Tourrette-Levens, du Nouveau Musée national de Monaco, du Musée muséum départemental des Hautes-Alpes de Gap, du Musée d’archéologie de Cimiez, du Palais Lascaris et du Palais Masséna de Nice.
Jean-Marie Perdrix, Total
Ce qui est marquant dans cette exposition, ce ne sont pas forcément les œuvres, certaines sont inégales et j’oserais presque dire que les plus beaux objets sont ceux du passé, mais leur présentation et l’intelligence avec laquelle les commissaires les ont fait dialoguer entre elles. Ils ont aussi eu recours à l’intervention de quelques-uns des artistes participants, qui ont apporté un surcroît de vie à ces pièces par des explications parfois désopilantes, comme celle de Jean-Marie Perdrix sur le bien-fondé de son procédé de recyclage des déchets plastiques au Burkina Faso. Avec des artisans bronziers qui sont ses partenaires depuis vingt ans, il a réalisé d’étonnants « bronzes à chair perdue » qui sont parmi les pièces qui m’ont le plus intéressée.

J’ai insisté précédemment sur cette notion de parcours labyrinthique, car il est vrai que la configuration de l’aile droite de la Villa se prête à ce cheminement non linéaire à deux niveaux et plusieurs entrées. C’est un clin d’œil aussi à Dédale, premier ingénieur, inventeur d’automates (on peut en voir un, ravissant, dans la salle du bas) et lointain ancêtre des artistes bricologues, amateurs de chemins détournés pour apprivoiser la technique.
Florentine & Alexandre Lamarche- Ovize, Potacrayons
Mais revenons à la visite, que les commissaires ont articulée par thèmes : geste, processus, virtuosité, artisanat sont au niveau 0, alors qu’au niveau -1, on découvre : projets, bricolage, magie, virtuosité, technologie. Cette présentation est didactique et originale, mais je continuerai, pour ma part, à suivre mon chemin buissonnier et à aller d’une œuvre à une autre, d’un artiste contemporain à un objet du passé, tel Contrebassine, XXème siècle, du Musée de Draguignan qui m’amène à l’installation vidéo de Mika Rottenberg, Squeeze, 2010, une inénarrable histoire d’une rencontre entre l’artiste et un courtier en légumes qui lui fait comprendre que tout peut être coté en bourse !
Je ne peux que vous recommander de vous arrêter devant la vidéo qui raconte cette histoire de dingue, mi-Fellini, mi-Tim Burton, magnifiquement filmée (professionnalisme made in USA), dont le résultat final un est un gros vilain cube exhibé par la galeriste Mary Boone et matérialisé ici par un tirage photographique.
Richard Artschwager Book III et meuble en marqueterie
Plus sage mais tout aussi insolite est la rencontre d’un meuble de marqueterie de la Villa Masséna avec un objet « inutile », Book III (Laocoon), 1981, de Richard Artschwager, créateur passé définitivement en 1960 du statut d’artisan à celui d’artiste. J’aime aussi ce Bouquet d’infortune, 2014, et ce Potacrayons de Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize, qui se veulent sans réel savoir-faire mais qui créent pourtant de bien séduisants objets.
R.Deacon & B.Woodrow

Au niveau -1, la démonstration est tout aussi intéressante, mais ce sont surtout les pièces d’artistes reconnus qui m’arrêtent : Bétonneuse, 1991, de Wim Delvoye (voir photo en début d'article) répond parfaitement à la thématique, mais aussi Bricolage I, 1982, de Robert Filliou, que j’ai envie de citer : « (…) souvent c’est le matériau qui me donne l’idée, pas l’idée qui me donne le matériau », humilité ô combien grande dans ce monde artistique qui se gargarise de concepts ! Encore quelques découvertes, Les Bouteilles de sorcière, 2007, de Richard Deacon & Bill Woodrow, nées d’une rencontre entre un flacon pour conjurer le mauvais sort, vu dans un musée anglais, et la collaboration des deux artistes avec un artisan verrier, lors de leur résidence au CIRVA à Marseille.
Pour clore ma promenade, je termine par deux jeunes artistes : du verre encore avec Entropé, 2014-2015, de Dominique Blais, une création de l’artiste qui découle d’une observation intense du travail au CIRVA d’un souffleur et des outils que cette technique réclame… et Panœuptique , 2014, de Loïc Pantali,
Loïc Pantali, Panoeuptique
sorte de structure mentale matérialisée par un bric-à-brac de techniques, dessins, vidéo, sons, moteurs… pour un résultat d’une divertissante et intrigante beauté plastique.

De février au 31 août 2015
*Un médiateur de la villa Arson propose un éclairage sur une sélection d’œuvres de son choix…







BRICOLOGIE. JIPPYE JAA JAA JIPPIE JIPPIE JAAY !

Ce deuxième titre de l’exposition Bricologie n’est pas sans surprendre et me rappelle étrangement des sonorités qui me sont familières. Je questionne et on me répond que ce titre correspond à une chanson qui anime l’univers sonore des magasins de bricolage en Allemagne… Bien sûr, mais pas qu’en Allemagne et dans les magasins de bricolage ! C’est une comptine que les enfants et Hugues Aufray chantent : « Je descends de la montagne à cheval… », avec comme refrain : JIPPYE JAA JAA JIPPIE JIPPIE JAAY ! Voilà qui rend décidément beaucoup plus divertissantes les expositions à la Villa Arson !
Christian Retschlag
Liée à la première par ce désir de trouver son identité en faisant quelque chose avec ses propres mains, cette deuxième exposition s’entend comme une démarche expérimentale d’étudiants de la Haute École des Arts et de l’Image de Braunschweig en partenariat/retour avec l’École nationale supérieure d’art de la Villa Arson (les étudiants de Nice ayant été reçus en Allemagne).
Les commissaires : Dr. Andreas Bee, Wolfgang Ellenrieder et Thomas Rentmeister, tous enseignants de la Haute École des Arts et de l’Image de Braunschweig, ont accompagné treize étudiants de leur école.
Pour moi, l’intérêt de leurs interventions brèves, juste quelques jours, a résidé davantage dans l’attention qu’ils ont portée au cadre naturel, culturel et historique des lieux qu’ils ont découverts (je pense à Christian Retschlag qui a représenté le canon du Château qui tonne midi chaque jour, ou à Heehyun Jeong / Mathias Jun Wilhelm / Adrian Mudder qui, avec L’absence des mouettes, ont évoqué les grands découpages de Matisse), qu’à la problématique du rapport entre l’idée et la technique, même si ces réalisations ont été faites avec les moyens du bord !
L'absence des mouettes, Adrian Mudder & Mathias Jun Wilhem & Heehyun Jeong/Mathias
Un autre phénomène de dépaysement, mais cette fois en tant que spectatrice, a tenu à la personnalité de ces professeurs qui me sont apparus comme de bons géants puissants et débonnaires, plus pères de famille ou chefs d’entreprise occupés à aider de futurs artistes, qu’enseignants mandarins, soucieux de leur notoriété.
Une piste, il me semble, à ne pas négliger, aujourd’hui où l’on se pose tant de questions en France sur ce que représente le fait d’enseigner.

De février au 4 mai 2015

Villa Arson
20, avenue Stephen-Liegeard
06100 Nice


Voir aussi...

Evénements 1116085566931267465

Enregistrer un commentaire

emo-but-icon

Bloc-notes

MUSÉE NATIONAL FERNAND LÉGER
FERNAND LÉGER - PAUL ÉLUARD
AUTOUR DU POÈME
"LIBERTÉ".
28 novembre 2015 - 7 mars2016
chemin du Val de Pome - 06410 Biot
Paula Cooper Gallery
Claes Oldenburg & Coosje van Bruggen
Things Around the House
Nov 07 - Dec 12, 2015
534 West 21st Street
10011-2812 New YorkUSA
T +(212) 255 1105
info@paulacoopergallery.com
http://paulacoopergallery.com
Capitain Petzel
JOYCE PENSATO
LATER IS NOW
Karl-Marx-Allee 45,
10178 Berlin
www.capitainpetzel.de
Gagosian Gallery Paris
Sterling Ruby
Oct 18 - Dec 19, 2015
800 Avenue de l'Europe
93350 Paris- France
T +33 1 48 16 16 47
paris@gagosian.com
www.gagosian.com
Musée d'Art de Toulon
“Délices D'artistes“
Peintures, sculptures, photographies
Vernissage le 19 Novembre
Du 20 novembre 2015 au 10 avril 2016
113, boulevard Leclerc - Toulon
Tél 04 94 36 81 01
Théâtre de la photographie et de l'Image
Henri Cartier-Bresson
Du 9 octobre 2015 au 24 janvier 2016
27 boulevard Dubouchage - Nice
www.tpi-nice.org
Art concept
Roman Signer
Sculptures
Oct 30 - Dec 23, 2015
4, passage Sainte-Avoye
75003 Paris - France
T +33 1 53 60 90 30
info@galerieartconcept.com
http://www.galerieartconcept.com
Galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois
HENRIQUE OLIVEIRA
Fissure
9.10 au 28.11 2015
36, rue de Seine
75006 Paris
T.+33(0)1 46 34 61 07
www.galerie-vallois.com
info@galerie-vallois.com
Àcentmètresducentredumonde centre d´art contemporain
HET NIEUWE VERHAAL (la nouvelle histoire)
exposition organisée par Pat Andrea
16 octobre - 20 décembre 2015
3, avenue de Grande Bretagne, 66000 Perpignan
Musée Pablo Picasso : La Guerre et La Paix
Mathieu Pernot,
Fragments d’histoires
19 septembre 2015 – 4 janvier 2016
Place de la Libération 06220 Vallauris
Hôtel Windsor
Exposition KKF : Les Fleurs des Mâles
Jusqu'au 15 décembre 2015
11, rue Dalpozzo,06000 Nice

Followers

Membres

item